Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 15:22
Congrès International sur l'approche préventive & thérapeutique du cancer

 

Samedi 21 mars 2015 – Paris

 

Une traduction simultanée est prévue

 

Conférenciers :

Mr. Bruno Lacroix

Mr. Pedro Bastos

Dr. Dana Flavin

 

Monsieur Bruno Lacroix : physiologiste, expert en nutrition et micro-nutrition

« Paradigme du cancer : causes, prévention & stratégie »

Les cancers représentent en France la première cause de mortalité chez les hommes et la deuxième cause chez les femmes (après les maladies cardiovasculaires). Les cancers figurent parmi les pathologies pouvant être liées à l’environnement (environ 80 % des cancers seraient dus à des facteurs non génétiques). Le mode de pensée du monde médical incluant les universités, le corps médical et l’industrie pharmaceutique consiste à agir en aval de la maladie et à proposer des solutions pharmacologiques à posteriori plutôt que de s’intéresser aux causes et travailler sur la prévention.

Les causes du cancer sont d’autre part multifactorielles et font intervenir des caractéristiques individuelles (âge, sexe, patrimoine génétique, statut hormonal...), comportementales (tabagisme, nutrition...) et environnementales (agents infectieux, contaminants, précarité...). La nutrition fait partie des facteurs modifiables (détoxication, immuno-modulation, gestion cellulaire et mitochondriale…) sur lesquels il est donc possible d’agir dans le cadre d’une stratégie de prévention des cancer. Diverses signalisations physiologiques délétères sont mises en avant dans le cancer et d’un point de vue épigénétique nous pouvons moduler favorablement des signalisations anti-cancer.

 

Monsieur Pedro Bastos : directeur de l’enseignement chez NutriScience (une société portugaise d'enseignement et de conseil), surtout connu pour être un expert des effets des grains céréaliers et des produits laitiers sur la santé humaine.

« Blé, gluten et cancer »

Le gluten constitue la fraction protéique complexe présente du grain de blé, d'orge et de seigle. Ces protéines peuvent être subdivisées en gluténines et prolamines ; elles sont des déclencheurs environnementaux connus chez les personnes génétiquement prédisposées à un trouble auto-immun appelé maladie cœliaque (MC).

La MC est caractérisée par une réponse immunitaire adaptative dysfonctionnelle qui endommage la muqueuse jéjunale, provoquant de nombreux symptômes intestinaux et extra-intestinaux, ainsi que diverses carences en éléments nutritifs. Les patients atteints de la MC, en particulier s'ils ne sont pas diagnostiqués ou ne suivent pas un régime strict sans gluten, sont susceptibles de développer des complications malignes, telles que le lymphome T associé à une entéropathie et le cancer oropharyngé, œsophagien, jéjunal, colique et hépatique.

La MC n'affecte que 1 % de la population dans la plupart des pays occidentaux, mais le gluten est susceptible de provoquer des symptômes indépendamment de la MC, ce qui a été classé comme sensibilité au gluten non cœliaque (SGNC). La prévalence de la SGNC est estimée à 6 % et le risque de cancer chez ces patients n'a pas été évalué. Néanmoins, les céréales contenant du gluten, en particulier le blé, contiennent diverses autres protéines, qui pourraient constituer une cause d'inflammation chez pratiquement n'importe quel individu. Comme l'inflammation constitue l'une des principales causes de divers types de cancer, l'adoption d'un régime alimentaire chronique riche en blé, comme celui de nombreux Occidentaux, pourrait potentiellement augmenter le risque de cancer.

En outre, le blé et la plupart des céréales ont une charge glycémique (CG) élevée et les régimes à CG élevée sont soupçonnés d'augmenter le risque de cancer des cellules épithéliales, en raison de leurs effets néfastes sur le métabolisme de l'insuline. Enfin, il est à prévoir que le remplacement des fruits et légumes par des grains de céréales augmente le risque de cancer, puisque les premiers contiennent des composés phytochimiques susceptibles d’inhiber la carcinogenèse.

 

 

Docteur Dana Flavin : directrice de la recherche médicale à la Foundation for Collaborative Medicine and Research à Greenwich, Connecticut, États-Unis. Son expertise se base sur plusieurs brevets de nouvelles thérapies pour des maladies virales, des maladies auto-immunes et le cancer.

« Prévention du cancer et aide apportée »

Pour prévenir le cancer, il faut s'attaquer aux causes. La prévention du cancer commence par une détoxification par rapport aux champignons, virus, métaux lourds et parasites. Un système immunitaire affaibli par les toxines et le stress peut permettre aux cellules cancéreuses de se reproduire et de survivre. Il est impératif que le système immunitaire soit traité pour prévenir le cancer. Comme le stress lui aussi affaiblit le système immunitaire, il convient de réduire ce stress et laisser le temps à l’organisme et au système immunitaire de récupérer et de guérir.

Nous allons définir les nutriments et les mesures générales nécessaires pour inverser la suppression immunitaire et faire reculer les cancers.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Bruno Lacroix
  • Le blog de Bruno Lacroix
  • : Optimisez la santé mentale et physique à travers la fusion de connaissances et recherches en psychologie, psychiatrie, neuroendocrinologie, psychoneuroendocrinologie, métabolisme, nutrition ainsi qu’à travers les domaines de la science et la spiritualité "En Dieu je crois, pour le reste j’ai besoin de preuves" http://nutriresearch.wix.com/bruno-lacroix
  • Contact

Recherche

Liens