Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2017 5 03 /02 /février /2017 13:03
La théorie du Bullshit

De l'art de dire des conneries (titre original : 'On bullshit')1 est un essai écrit par le philosophe américain Harry Frankfurt. Originellement écrit dans le journal Raritan en 1986, l'essai fut republié dans un volume distinct en 2005 sous le titre On Bullshit2 et obtint un grand succès parmi les non-fictions aux États-Unis, occupant durant 27 semaines la New York Times Best Seller list3. Sa traduction française fut effectuée en 2006.

Dans le document, Frankfurt définit une théorie de la connerie, ou baratin, selon les deux équivalents français de l'anglais bullshit choisis par Didier Sénécal. Il définit le concept et en analyse ses applications. En particulier, il établit une distinction entre dire des conneries et dire des mensonges. Alors qu'un menteur fera délibérément des déclarations fausses, le diseur de conneries sera simplement désintéressé par la vérité. Dans le même ordre d'idées, un menteur a besoin de connaître la vérité pour mieux la cacher à l'interlocuteur, alors que le diseur de conneries, n'étant intéressé que par ses propres objectifs, n'en a pas nécessairement besoin. Ainsi, comme l'écrit Frankfurt: « Les conneries sont un ennemi plus grand de la vérité que ne le sont les mensonges. » (en anglais: bullshit is a greater enemy of the truth than lies are.).

L'auteur a utilisé l'essai On Bullshit comme base pour son livre suivant publié en 2006, On Truth (de la vérité). Ce dernier livre a pour thème le désintérêt de la société pour la vérité.

Dans le monde scientifique 60% d'études sont baisées (Plos Journal). La théorie du Bullshit est bien présente dans le milieu médical surtout liée à des conflits d'intérêts. Comment trouver de l'info pertinente. (chercher par soi même et beaucoup lire, avoir des bons amis scientifiques sincères et surtout prier pour le discernement.)

Voici la Méthode en Six étapes utiliser par les scientifiques.

  • 1- Mots-clefs: réfléchir et mettre sur le papier quelques mots-clefs en anglais sur la question qui vous intéresse

  • 2- PubMed: chercher sur la base de données PubMed en testant plusieurs combinaisons de mots-clefs (ex "curcuma"- "cancer" ); ("chemtrail"-"barium"); ("resveratrol"-"longevité")

  • 3- Actualité: ne pas se jeter sur « la » publication la plus récente (en haut de page PubMed) : il n’y a pas de raison que « la dernière publi » soit mieux que les 100 précédentes !

  • 4- Revues: commencer par regarder les « Reviews » (lien en haut à droite de la page PubMed) en privilégiant les méta-analyses (metanalysis) et les journaux cotés (PLOs, JNCI, JAMA, NEJM, Lancet, Nature, Science, etc). Attention aussi aux études biasées. Yes, ça existe!

  • 5- Lire en entier: sélectionner ainsi 3 ou 4 articles de synthèse (= Reviews) d'après leur titre et leur abstract, écrits par des auteurs différents (chaque auteur a ses marottes et ses préjugés: moi aussi !). Si on ne lit que les résumés, on risque de "croire" la conclusion, alors qu'elle n'est peut-être pas démontrée par l'article complet. Donc rechercher ces 3-4 articles en «full text» pour les lire en entier: sur PubMed, certains articles sont indiqués Free Article ou Free-full-text (le lien est sousReviews, un autres lien sous chaque article Free article). L'article de vos rêves n'est pasFree article ? Cherchez-le aussi dans Google Scholarqui indexe toutes les Open Archives

  • 6- Enfin: Quand vous avez lu et compris quelques Revues (et fait un résumé en français pour vous-même), ensuite seulement, vous pouvez lire quelques articles récents sur PubMed. Pourquoi les lire ? C’est parce qu’il peut y avoir une publication importante très récente pas encore intégrée dans une revue de synthèse . Aussi car les journalistes (et donc « les gens ») ne voient QUE ce qui est nouveau : il faut donc être au courant de l'actualité, mais sans se laisser trop influencer. Pour la même raison, une fois que vous avez une base de connaissances établies grâces aux Revues scientifiques et validées, vous pouvez regarder quelques sites internet non scientifiques, surtout pour avoir une idée de ce que pensent « les gens », mais aussi pour trouver d'autres idées à tester par la méthode proposée ici.

  • C'est long: Oui, ça prend du temps.

    Toute autre approche conduit à soumettre son jugement à un-e autre : Cet autre peut être « sérieux » ou pas. OK si vous voulez avoir une vague idée sur une question secondaire. Mais ce n'est ni honnête ni intelligent s’il s'agit d’un point vital pour vous, ou de quelque chose que vous devez communiquer largement (émission de télévision, rédaction d'un article scientifique ou d'un livre pour le grand public).

 

Attention aussi, l'absence de preuves n'est pas une preuve d'absences

(En effet, si vous tapez "Nouvel Ordre Mondial & malbouffe" dans PubMed et que vous ne trouvez rien, cela ne veut pas dire que ça n'existe pas, PubMed n'est pas la Bible non plus).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Bruno Lacroix
  • Le blog de Bruno Lacroix
  • : Optimisez la santé mentale et physique à travers la fusion de connaissances et recherches en psychologie, psychiatrie, neuroendocrinologie, psychoneuroendocrinologie, métabolisme, nutrition ainsi qu’à travers les domaines de la science et la spiritualité "En Dieu je crois, pour le reste j’ai besoin de preuves" http://nutriresearch.wix.com/bruno-lacroix
  • Contact

Recherche

Liens