Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 novembre 2010 4 04 /11 /novembre /2010 15:03

Synthese des causes des plaques d'athéromes dans nutranews novembre 2010

 

nutranews1011 nutranews1011

 

Il ne s'agit pas des graisses saturées ou du cholestérol qui augmentent la quantité de  LDL petites et denses que nous avons dans notre sang. Ce sont les glucides

 

 

jun2006_report_sod_01.jpg

+++ de références (en liquant sur le lien)

A Longitudinal Study of Coronary Heart Disease. Circulation. 1963.

Diet and Heart: a Postscript. British Medical Journal. 1977. 

Dietary Intake and the Risk of Coronary Heart Disease in Japanese Men Living in Hawaii. American Journal of Clinical Nutrition. 1978.

Relationship of Dietary Intake to Subsequent Coronary Heart Disease Incidence: the Puerto Rico Heart Health Program. American Journal of Clinical Nutrition. 1980.

Diet, Serum Cholesterol, and Death From Coronary Heart Disease: The Western Electric Study. New England Journal of Medicine. 1981.

Diet and 20-year Mortality in Two Rural Population Groups of Middle-Aged Men in Italy. American Journal of Clinical Nutrition. 1989. 

Diet and Incident Ischaemic Heart Disease: the Caerphilly Study. British Journal of Nutrition. 1993. 


Dietary Fat and Risk of Coronary Heart Disease in Men: Cohort Follow-up Study in the United States. British Medical Journal. 1996. 

Dietary Fat Intake and the Risk of Coronary Heart Disease in Women. New England Journal of Medicine. 1997. 

Dietary Fat Intake and Early Mortality Patterns-- Data from the Malmo Diet and Cancer Study. Journal of Internal Medicine. 2005.



Repost 0
Bruno Lacroix - dans Lipides
commenter cet article
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 15:52

 161

  1. Le cholestérol n'est pas un poison mortel. C'est une substance indispensable aux cellules de tous les mammifères. On ne devrait pas parler de « bon » ou de « mauvais » cholestérol. Le stress, l'activité physique et des variations du poids peuvent modifier le taux du cholestérol dans le sang. Un niveau élevé de cholestérol n'est pas dangereux en soi ; il peut être le reflet d'un mauvais état de santé, mais il peut aussi être tout à fait bénin.
  2.  Trop de cholestérol provoquerait l'athérosclérose et donc les maladies coronariennes. Mais de nombreuses études ont montré que des personnes avec un cholestérol bas ont autant d'athérosclérose que ceux dont le cholestérol est élevé.
  3.  Votre corps produit trois à quatre fois plus de cholestérol que vous n'en mangez. Vous produisez plus de cholestérol si vous en mangez moins, et vous produisez moins de cholestérol si vous en mangez plus. C'est pourquoi le régime « crétois » ne peut diminuer le cholestérol que de quelques centièmes.
  4.  Trop de graisse animale et de cholestérol ne favorise ni l'athérosclérose ni les infarctus. Plus de vingt études cliniques ont montré que les personnes qui ont eu un infarctus n'avaient pas consommé plus de graisse que les autres. Le degré d'athérosclérose à l'autopsie n'est pas lié au régime.
  1.  Seuls certains médicaments diminuent efficacement le cholestérol, mais ni la mortalité cardio-vasculaire, ni la mortalité totale n'ont été améliorées avec des médicaments dont le seul effet est de réduire le cholestérol. Au contraire, ces médicaments sont dangereux pour votre santé et pourraient réduire votre espérance de vie.
  1. Les statines (de nouveaux médicaments qui abaissent le cholestérol) préviennent effectivement les maladies cardio-vasculaires, mais ceci n'est pas dû à l'abaissement du cholestérol. En revanche, ils augmentent le risque de cancer chez les rongeurs
  1.  La plupart de ces faits ont été publiés dans des journaux scientifiques et des livres depuis des dizaines d'années, mais ils sont rarement relayés au public par les tenants de l'idée régime/cœur
  1. Les médecins, ainsi que la plupart des scientifiques ont été mal guidés parce que les résultats négatifs ou contradictoires sont systématiquement ignorés ou mal interprétés dans la presse scientifique.

Pour en savoir plus ? Lire le livre du Dr Ravnskov « The Cholesterol Myths ». I0967089700.01.LZZZZZZZ

 

 

  1. ... les nombreuses études non concluantes de thérapeutiques anti-cholestérol ;
  1. ... les expériences non significatives sur les animaux ;
  2. ... l'hypercholestérolémie familiale, et pourquoi vous ne devriez pas trop vous en soucier ;
  3. ... le mythe des triglycérides 
  4. ... les contre-vérités de l'étude des modes de vie du Dr Ornish ;ect...

 

Sinon à lire en français :

CHOLESTEROL, MENSONGES ET PROPAGANDE est le titre du livre à

choles-mens-prop

 Dr Michel de Lorgeril, cardiologue et chercheur au CNRS

Couv-cholesterol-copie.jpg

C’est la suite de l’ouvrage Dites à votre médecin que le cholestérol est innocent publié en 2007 et dans lequel j’exposais la question du cholestérol dans la médecine moderne. Je l’ai voulu plus accessible et moins spécialisé que le précédent, en l’élargissant au plan sociétal. Alors que « Dites à votre médecin… » s’adressait à des patients et à leurs médecins, ce nouveau livre s’adresse au public en général et aux citoyens. En effet, la problématique du cholestérol n’est pas seulement médicale et scientifique, ou biologique, elle a aussi des racines et des prolongements sociaux et économiques majeurs, en particulier des aspects éthiques qui transcendent tous les autres aspects. Au sens large du mot, avec 7 millions de consommateurs de médicaments anti-cholestérol et un coût annuel de 1 milliard d’Euros pour Les Caisses d’Assurance Maladie, c’est devenu un problème politique.

 

quelques études à lire :

1/Saturated fat, carbohydrate, and cardiovascular disease

  Saturated27 Saturated27

 

2/Meta-analysis of prospective cohort studies evaluating the association 

of saturated fat with cardiovascular disease

Meta27 Meta27

 

3/High cholesterol may protect against infections and atherosclerosis

927 927

 

4/ Lack of Association Between Cholesterol and Coronary Heart Disease Mortality and Morbidity and All-Cause Mortality 

in Persons Older Than 70 Years

1335 1335


Repost 0
Bruno Lacroix - dans Lipides
commenter cet article
26 août 2009 3 26 /08 /août /2009 14:31

Les graisses trans sont délétères pour notre organisme:

 

  1. Elles freinent entre autres l’enzyme delta-6-désaturase, ce qui entrave le métabolisme nécessaire de nos acides gras omega 3 et oméga 6 primaires (acides alpha-linoléique acide linoléique) en prostaglandines (substances hormonales importantes).
  2. Elles obstruent les acides gras oméga 3 et oméga 6 dans leur travail, pouvant notamment provoquer des troubles hormonaux, circulatoires, immunitaires, de concentration et de mémoire.
  3. Elles augmentent le taux de cholestérol (ils augment les « mauvais » LDL et diminuent le «bon » HDL), augment l’adhérence des plaquettes sanguines et augmentent le facteur de risqueLp(a), ce qui augmente le processus général d’artériosclérose et entraîne par conséquent un fort accroissement du risque de maladies cardio-vasculaires .
  4. Elles diminuent l’immunité (réduction des cellules B et augmentation des cellules T).
  5. Elles augmentent le risque d’allergies, tels que le développement d’asthme.
  6. Elles augmentent la quantité d’insuline dans le sang, ce qui indique que les récepteurs d’insuline des cellules perdent en sensibilité. Cela entraîne une augmentation du taux de glycémie, le pancréas est surchargé et le risque de diabète de vieillesse augmente. Les globules sanguins rouges semblent également réagir moins bien à l’insuline ! Les graisses trans contribuent à l’apparition de diabète de vieillesse. 
  7. Elles empêchent la formation de fibres musculaires et peuvent provoquer des lacunes de protéines
  8. Elles empêchent la formation de fibres musculaires et peuvent provoquer des lacunes de protéines.
  9. Elles troublent le métabolisme normal des hormones sexuelles et favorisent le cancer de la prostate et du sein, voire des syndromes prémenstruels et de plaintes ménopausiques.
  10. Elles diminuent le niveau de testostérone et favorisent la production de cellules de sperme anormales.
  11. Elles menacent le fonctionnement normal des organes sexuels et mettent en danger la fécondité de l’homme et de la femme.
  12. Elles contribuent à la diminution de l’acuité visuelle
  13. Elles diminuent la production de lait maternel et la qualité du lait
  14. Elles causent un poids inférieur à la naissance et sont transmises au fœtus par le biais du placenta et du lait maternel. Normalement présent à concurrence de moins d’1 % dans le lait maternel, cette teneur peut atteindre 17 % suite à la consommation de plus de graisses trans
  15. Elles entravent la croissance des enfants.
  16. Elles diminuent la transmission d’influx entre les cellules nerveuses, l’émission de neurotransmetteurs et la fonction globale du système nerveux, avec un risque accru d’ADHD, de dépression, de maladie d’Alzheimer…
  17. En outre, les graisses trans se logent dans nos membranes cellulaires et en perturbent le fonctionnement normal par leur structure déviante. De ce fait, elles contribuent à leur tour aux syndromes susmentionnés.
Repost 0
Bruno Lacroix - dans Lipides
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Bruno Lacroix
  • Le blog de Bruno Lacroix
  • : Optimisez la santé mentale et physique à travers la fusion de connaissances et recherches en psychologie, psychiatrie, neuroendocrinologie, psychoneuroendocrinologie, métabolisme, nutrition ainsi qu’à travers les domaines de la science et la spiritualité "En Dieu je crois, pour le reste j’ai besoin de preuves" http://nutriresearch.wix.com/bruno-lacroix
  • Contact

Recherche

Liens