Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 07:24

 

Des basses fréquences permanentes  dans nos téléphones portables

La téléphonie mobile combine les technologies du radar, de la radio et du téléphone. 
Pour recevoir les appels, un téléphone portable en veille signale sa position en permanence. 
Un mobile fonctionnant avec le standard GSM européen émet des micro-ondes (hyperfréquences). 
Une loi de physique stipule que les ondes sont absorbées au maximum dans les organes dont la taille correspond à la longueur de l’onde ou à l’un de ses multiples. 
A 900 MHz, la longueur d’onde est de 33 cm.

A 1.800 MHz, elle est de 16,5 cm, soit la taille d’un cerveau humain adulte. 
La boîte crânienne se transforme alors en caisse de résonance, l’absorption 
des ondes est maximale. (A titre de comparaison, la fréquence de 2.450 Mhz à laquelle fonctionnent les fours à micro-onde, les radars et Blue Tooth, 
un système de liaison radio entre le téléphone portable et l’oreillette, 
est la plus efficace pour échauffer les molécules d’eau, dont notre corps 
est composé à 70 % ; sa longueur d’onde est de 12 cm).

Picture 6

Selon une autre loi de physique, toute fréquence émet des harmoniques qui sont des fréquences multiples de la fréquence originelle. 
Un téléphone portable en veille émet aussi des basses fréquences
à 2 Hz, 4,34 Hz et 8 Hz, avec entre autres, des harmoniques à 16 Hz. Tzz-Tzz, Tzz-Tzz,
il est même possible d’entendre certaines harmoniques de ces basses fréquences
(perceptibles par l’oreille humaine à partir de 20 à 30 Hz) en approchant le téléphone de certains haut-parleurs amplifiés (transistor, radio-réveil, autoradio,...).



L’hyperfréquence, dite " fréquence porteuse ", sert de véhicule pour faire pénétrer en profondeur les basses fréquences responsables d’une modification pathologique 
de l’EEG inductrice de modification de comportement (2 Hz : soumission, prise de risques inconsidérée ; 4 ;34 Hertz : frustration, irritabilité ; 8 Hertz : fatigue, céphalée, 16 Hertz et au-delà : anxiété et diminution de l’acétylcholine. 
Des valeurs limites d’exposition élevées maximisent ces effets.



agenteviteballesds7.gif
Ce que l’on sait encore moins, c’est que la gigantesque installation militaire
américaine HAARP[1] en Alaska, co-gérée par l’US Navy et l’US Air Force, 
qui envoie depuis 2001 en direction de l’ionosphère des ondes soupçonnées 
d’avoir une action sur le climat, émet aussi des Fréquences Extrêmement Basses (ELF).

Nick Begich et Jeane Manning, auteurs de Les anges ne jouent pas de cette HAARP qui enquêtent sur ce dispositif depuis plus de sept ans, affirment ceci (chapitre 22) : 
" D’après les fiches techniques, lorsqu’il fonctionne à pleine puissance, HAARP peut envoyer des ELF à des niveaux d’énergie suffisantspour affecter les populations de régions entières." Ils rapportent les propos de Patrick Flanagan, l’inventeur du Neurophone, qu’ils ont interviewé à ce sujet : " Le projet HAARP pourrait être non seulement le plus grand ’radiateur ionosphérique’ du monde, mais aussi le plus colossal instrument de contrôle cérébral jamais conçu. 
" Lors d’un entretien en juillet 2003, un spécialiste des armes à hyperfréquence à répondu qu'il n’avait pas de téléphone portable pour cette raison :
" Je pense que les téléphones portables sont le support d’un système de contrôle cérébral mis en place par les américains. "

 

http://www.dailymotion.com/video/xev02e_controle-de-la-pensee-haarp_news#from=embed
controle de la pensée - HAARP
Sources : next-up
 Nexus n° 28 (sept. Oct. 2003), Le programme américain HAARP, une menace pour le climat et l’environnement vibratoire de la planète, date, page. 
Les effets secondaires des ondes rapport bio initiative regroupant des centaines de chercheurs:


 

 

 

Repost 0
7 novembre 2009 6 07 /11 /novembre /2009 14:54
Le syndrôme du Déficit de l'Inhibition Latente semble avoir été identifié par des chercheurs Nords-américains en 2003. Ce syndrôme pourrait expliquer le lien entre créativité et maladie mentale :

Des psychologues ont identifié une des bases biologiques de la créativité. Selon leur recherche, publiée dans le Journal of Personality and Social Psychology, les cerveaux des gens créatifs seraient plus ouverts aux stimuli de l'environnement qui les entoure.



Une partie des informations provenant de l'environnement passe inaperçue à travers un processus appelé inhibition latente (définie comme la capacité inconsciente d'un animal à ignorer les informations qui, selon son expérience, sont non pertinentes pour ses besoins). Des tests montrent que les individus créatifs sont plus susceptibles d'avoir de bas niveaux d'inhibition latente.
Cela veut dire que les individus créatifs demeurent en contact avec l'information supplémentaire qui provient constamment de l'environnement, explique un des co-auteurs. Normalement, une personne classifie les objets puis les oublie même s'ils sont plus complexes et intéressants qu'elle pense. Au contraire la personne créative est toujours ouverte à de nouvelles possibilités.

Les scientifiques associent depuis longtemps un bas niveau d'inhibition latente à la psychose. Les auteurs de la recherche font l'hypothèse que ce bas niveau peut aussi contribuer à la pensée originale, spécialement lorsque combiné avec un quotient intellectuel élevé.

Ils ont administré des tests d'inhibition latente à des étudiants universitaires. Ceux qui étaient classés comme particulièrement créatifs étaient sept fois plus susceptibles de présenter un bas niveau d'inhibition latente.
Les auteurs font l'hypothèse que moins d'inhibition latente peut être positif lorsque combiné à une grande intelligence et une bonne mémoire de travail (la capacité de penser à plusieurs choses à la fois) mais négatif autrement.
Si vous êtes ouvert aux nouvelles informations, explique un des co-auteurs, vous êtes mieux d'être capable de bien les comprendre et les choisir. Si vous avez cinquante idées, seulement deux ou trois peuvent être bonnes. Vous devez être capable de les discriminer ou vous allez être submergé.

Les scientifiques se sont demandé pendant longtemps pourquoi certaines formes de maladies mentales et la créativité semblaient liées. Il semble probable qu'un bas niveau d'inhibition latente et une flexibilité exceptionnelle dans la pensée peut prédisposer à la maladie mentale dans certaines conditions et à l'accomplissement créatif dans d'autres conditions.
Par exemple, dans les stades précoces de maladies comme la schizophrénie, qui sont souvent accompagnés de sentiments de perspicacité, de connaissances mystiques et d'expérience religieuse, des changements chimiques prennent place dans lesquels l'inhibition latente diminue.

Capacités intellectuelles et inhibition latente



En résumé la créativité serait alors un équilibre entre degré d'inhibition latente et capacités intellectuelles.


si vous avez ------ inhibition latente et -------- de capacités intellectuelles vous aurez tendance à souffrir d'une psychose très invalidante.

si vous avez --inhibition latente et ++ capacités intellectuelles = créativité

si vous avez ++ inhibition latente et -- capacités intellectuelles = "intelligence faible"

si vous avez ++ inhibition latente et - capacités intellectuelles = rigidité intellectuelle

si vous avez ++ inhibition latente et ++ capacités intellectuelles = rigidité et grande intelligence logique ...




Repost 0
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 10:18

L’homme moderne, harcelé par l’agression quotidienne de la vie dans les grandes métropoles, passe allègrement de l’excitant matinal au somnifère vespéral : dérisoire synthèse des contraires dans un monde en rupture d’équilibre

Alcool, café, tabac… la drogue est partout. Se calmer, se stimuler avec ces molécules passe par l’inhibition ou l’accélération de certains neuromédiateurs


Malheureusement avec des conséquences souvent négatives. Cela perturbe le fonctionnement de ces neuromédiateurs et, avec le temps, déstabilise nos fonctions organiques avec pour conséquences anxiété, dépression, fatigue, insomnie et épuisement de nos surrénales.

Dans nos synapse, l'espace entre deux neurones, la transmission de l'influx est assurée par des neuromédiateurs. On en a identifié une quarantaine - sur un total possible de plusieurs milliers - et, parmi eux, deux en particulier, dont on a pu étudier les effets corporels et cognitifs : la sérotonine et la dopamine, qui influent directement sur ce qu'on peut appeler l'humeur. La dopamine agit comme un stimulateur : si on en a trop, on est agité ; si on n'en a pas assez, on est ralenti. La sérotonine, comme un antidépresseur. Si on en produit beaucoup, on est euphorisé, intéressé par le monde extérieur.

L'équilibre Dopamine/sérotonine est primordiale pour notre équilibre psychique, le plaisir de retrouver du plaisir (voir vidéo) malheureusement cette équiilibre précaire est souvent perturbé  : environnement, stress, dépression, maladie, âge, génétique. Il engendre de nombreuses pathologies.



Le Rhodiola : un modulateur de la signalisation dopaminergique


Le tryptozol
: un modulateurde la signalisation de la sérotonine




(Les seuls effets secondaires possibles après la prise de Rhodiola/Tryptozol sont ceux trouvés dans cette vidéo. Attention, par contre plus contagieux que H1N1, prenez le temps (6 mn) cela en vaut la peine)

Repost 0
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 15:32

Notre cerveau englobe les activités du système nerveux, le système endocrinien et le système immunitaire. Ces trois systèmes fusionnent pour ne faire qu’un : un système de traitement de l'information, qui utilise des milliers de messagers chimiques (des neurotransmetteurs, des hormones et des cytokines) pour transmettre des données, pour déterminer le comportement.

Ces informations conduisent à une meilleure compréhension des causes physiologiques sous-jacentes des problèmes d’anxiété, de dépression, de fatigue. Un bon thérapeute cible non seulement les neurones, mais l'ensemble du cerveau, c’est à dire le système nerveux, le système endocrinien et le système immunitaire afin d’améliorer la santé mentale.




L'équilibre entre les neuromédiateurs dopamine/sérotonine est crucial pour notre bien-être, notre énergie et notre façon de penser.


la dopamine accroît la motivation, l'énergie mentale, la vivacité d’esprit et la créativité.

 L’état d’hypoactivité dopaminergique a tendance à diminuer l'éventail d'activités de l’organisme et l’énergie.

 15--nutranews-fatigue1.pdf 15--nutranews-fatigue1.pdf 16-nutranews-fatigue2.pdf 16-nutranews-fatigue2.pdf

 

 

Le déficit en catécholamines est dû à diverses causes : environnement, stress, dépression, maladie, âge, génétique. Il engendre de nombreuses pathologies. Il est donc urgent de bien diagnostiquer une altération de nos neuromédiateurs afin d’agir rapidement sur l’amélioration de la neurotransmission.


Qu’elle est la fonction/type de la dopamine ?

 

    Source de notre force mentale et de notre énergie

    Onde béta du cerveau (supérieur à 12 Hz)

    Agit comme une amphétamine naturelle et modifie toute l’énergie du cerveau

    Motivation

    Intelligence et pensée abstraite

    Poser les objectifs

    Personnalité

    Enthousiasme pour de nouvelles idées

    Métabolisme et digestion

    La dopamine provoque l’électricité qui contrôle par la volonté des mouvements notre intelligence, la pensée abstraite, notre personnalité et les plans d’avenir.

    Un produit accessoire de la circulation de la dopamine est la dissémination d’adrénaline.

    Régulation de la pression sanguine

 

Qu’elles sont les maladies/dysfonctionnements d’une carence en dopamine

 

    Maladies liées aux dépendances

    Surpoids/obésité

    Profonde fatigue

    Dépression/anergie/manque d’élan vital

    Irritabilité 

    Manque de concentration

    Baisse de la libido

    Parkinson

    THADA

La sérotonine est le neuromédiateur du bien être cérébral, permettant de voir la vie plus sereinement, elle diminue les effets du stress, de la boulimie et de l'anxiété. Sa déficience engendre de nombreux problèmes physiologiques. Nombreuses stratégies augmentent la sérotonine : gestion du stress, relaxation, prière, musicothérapie.
D'un point de vue micro nutritionnelle, on peut augmenter sa sérotonine avec des compléments :
MM-serotonine-BL.pdf MM-serotonine-BL.pdf

 

La femme est généralement plus suceptible à une déficience en sérotonine (il existe plusieurs causes : une déficience thyroidienne, un manque d'oestrogène, le syndrome prémenstruel).


Repost 0
26 août 2009 3 26 /08 /août /2009 12:33

Création d'un blog en aout 2009 sous une temperature de 30° et forte humidité...

En première reflexion, que se passe t-il physiolgiquement sur l'état cognitif lorsqu'il fait chaud, et qu'il y a forte humidité et lorsqu'il y a de violents vents!



1-Dans le cas de forte chaleur…

 

Le climat a des répercutions sur notre santé mais aussi sur notre énergie. Qui n’a jamais ressenti, cette profonde léthargie dans les pays chauds et particulièrement humide ? Dans les pays particulièrement chaud et humide, qui n’a pas éprouvé de l’ asthénie et une certaine nonchalance qui s’aggravent même paradoxalement sous l’effet de caféine. Intellectuellement parlant, les capacités cognitives diminues et maintenir un effort intellectuel plus d’une heure sans m’assoupir voir tomber dans une torpeur « semi comateuse »  relève de l’exploit.

Ces répercutions atmosphériques nous y sommes plus ou moins sensible, mais pour la plupart du temps les études démontrent des changements physiologiques sur la sérotonine, la dopamine, la noradrénaline, l ‘adrénaline, la prolactine, l’histamine, la thyroxine, la surrénales, les protéines de choc et la créatinine.

 

Les réactions à de fortes températures démontrent 4 réalités cliniques

 

1-    L’hyper production de sérotonine cause typique d’un syndrome d’irritation

2-    Une déficience de la glande surrénale cause d’un syndrome d’épuisement

3-    Une forme fruste d’hyperthyroïdie avec des symptômes "apathique"

4-    Une augmentation de la prolactine et certaines prostaglandines

 

 

2-Dans le cas de vents violents…

Les vents tels que la Tramontane, le Sirocco, le Sharkiye, le Chamssin, le Sharav et le Santa Ana , sont souvent la cause d’épuisement et de fatigue dû principalement à l’augmentation ionisante positive de l’air.

 

Les réactions majeures de vents violents démontrent 2 réalités cliniques

 

                 1-Une déplétion de noradrénaline de la médullosurrénale

                 2- L’hyper production de sérotonine cause typique d’un syndrome d’irritation

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Bruno Lacroix
  • Le blog de Bruno Lacroix
  • : Optimisez la santé mentale et physique à travers la fusion de connaissances et recherches en psychologie, psychiatrie, neuroendocrinologie, psychoneuroendocrinologie, métabolisme, nutrition ainsi qu’à travers les domaines de la science et la spiritualité "En Dieu je crois, pour le reste j’ai besoin de preuves" http://nutriresearch.wix.com/bruno-lacroix
  • Contact

Recherche

Liens